Financement de vos études à l’étranger

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Comment financer ses études à l’étranger ?

Comment financer ses études à l’étranger ?

Étudier à l’étranger, une formidable opportunité pour enrichir son cursus et vivre des expériences inoubliables. Mais l’expérience n’est pas toujours à la portée de toutes les bourses. Découvrez quelques pistes pour vous aider…

1. Bourse Erasmus +
Erasmus + est un soutien financier porté par la Commission Européenne pour promouvoir les domaines de l’enseignement, de la formation, de la jeunesse et du sport.

Étudiants, stagiaires, personnel et d’une manière générale les moins de 30 ans avec ou sans diplôme sont théoriquement admissibles.

Chaque année Erasmus + lance un appel à propositions. Les étudiants porteurs d’un projet qui répond à l’une des 4 thématiques doivent constituer un dossier et le soumettre au programme. Si leur projet est validé, ils ont possibilité de séjourner à l’étranger pour renforcer leurs compétences et accroître leur employabilité.

Pour bénéficier de la bourse Erasmus +, les étudiants doivent solliciter leurs établissements avant de s’en remettre à l’organisme. Un étudiant se tourne vers son université, un apprenti vers son entreprise, etc.

2. Aide à la mobilité internationale
L’aide à la mobilité internationale s’adresse à l’étudiant boursier qui souhaite suivre une formation supérieure à l’étranger dans le cadre d’un programme d’échanges ou effectuer un stage international.

Cette aide est complémentaire à la bourse sur critères sociaux, pour les étudiants bénéficiaires. La durée du séjour aidé doit être comprise entre 2 et 9 mois.

L’étudiant doit transmettre au service des relations internationales de son établissement un dossier de demande d’aide à la mobilité, accompagné d’un projet de séjour d’études ou de stage à l’étranger. Il est ensuite sélectionné par le président ou le chef de son établissement.

En 2016-17 l’aide était de 400€ par mois.

3. Prêt étudiant
Pour aider les étudiants à réaliser leur projet, les banques proposent le prêt étudiant. Il s’agit d’un prêt à la consommation spécialement conçu pour eux. Les prêts proposés sont à taux avantageux.

Ces prêts peuvent faire l’objet d’un remboursement différé. Cela permet à l’étudiant de payer son crédit une fois ses études terminées.

Attention cependant, un crédit est un engagement ! Il faut vérifier ses capacités de remboursement avant de s’engager.

4. Bourses régionales (France) et bourse spécifiques selon pays
La plupart des régions offrent des bourses de mobilité pour les étudiants. Ces bourses varient en fonction de la région et du pays vers lequel l’étudiant souhaite aller.

En général, chaque région propose une bourse à la mobilité, et une bourse pour les formations dans le domaine sanitaire et sociale. D’autres aides plus spécifiques sont proposées par quelques régions. En voici une liste non-exhaustive :

Auvergne-Rhône-Alpes : Mobilité internationale Explo’ra Sup / Bourse doctorale – séjours à l’étranger Explo’ra Doc / Formation aide-soignant, auxiliaire de puériculture (Rhône-Alpes)

Bourgogne-Franche-Comté : Formations paramédicales et sociales / Bourse du créateur (Bourgogne)

Corse : Aide au parcours d’excellence (grandes écoles) / Bourse projet professionnel étudiants en médecine

Grand-Est : Bourse doctorale régionale / Studéo (Champagne-Ardenne)

Guadeloupe : Bourse régionale à la mobilité au Québec / Stage régional – Jeunes en entreprise / Bourse doctorale régionale

Hauts-de-France : Mobilité internationale bourse Blériot / Coopération internationale avec les États-Unis / bourses de recherche Fullbright / Mobilité internationale des étudiants chercheurs / Bourses Méditerranée (stages professionnalisants) / Bourses entrepreneuriat social (stages professionnalisants) / PREL (Parcours et réussite en études longues) / Bourse Mariette (recherche en archéologie) / Bourses année de recherche aux étudiants en médecine et pharmacie

Iles de France : Mobilité internationale des étudiants en BTS / Formations travail social, paramédicales et maïeutiques

Martinique : Bourse régionale à la mobilité au Québec / Bourse doctorale / Bourse à la formation culturelle et artistique

Nouvelle-Aquitaine : Coopération internationale avec les États-Unis / programme Aquitaine Fullbright / Stages d’études à l’étranger / Mobilité des jeunes chercheurs / Mobilité étudiants infirmiers / Bourse au mérite licence 3 et master recherche / Bourses doctorales / Bourse régionale de la découverte / BEST (bourse d’études scientifiques et technologiques)

Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon : Aide aux apprentis (Languedoc-Roussillon)

Renseignez-vous auprès du conseil général de votre région.

5. Job étudiant sur place
Vous pouvez prévoir de financer une partie de vos études en les combinant à un petit travail en semaine ou le week-end, durant votre temps libre.

Dans les pays membres de l’Union Européenne, et en Suisse, grâce au principe de libre circulation des travailleurs au sein des pays de l’Union Européenne, un permis de travail n’est pas nécessaire. Renseignez-vous quand même sur les formalités et les possibilités administratives de travail dans le pays où vous allez.

Dans tous les cas, emportez avec vous des CV. Votre CV devra s’adapter aux modalités du pays dans lequel vous allez. Attention, un CV anglais ne ressemble en rien à un CV français !

De nombreuses universités affichent sur leur site Internet ou dans le hall d’accueil des offres d’emploi (au sein même de l’université ou à l’extérieur). Sinon, les jobs en restauration ou encore comme au pair dans une famille sont très prisés des étudiants.

Texte : Routard.com

Réaliser une partie de ses études à l’étranger est aujourd’hui considéré comme un avantage sinon une nécessité en fonction des filières d’apprentissage. Néanmoins cette démarche s’avère souvent très coûteuse et nécessite une organisation de la part de l’étudiant. Compte tenu du coût de l’aventure, de nombreux candidats à la mobilité internationale ne dispensent pas les liquidités disponibles afin de mener à bout leur expérience à l’étranger, néanmoins, il existe des solutions pour tous.

Financer ses études à l’étranger avec les bourses
Il existe de nombreuses bourses disponibles pour les étudiants souhaitant financer leurs études à l’étranger. Il appartiendra à chaque candidat de se renseigner par lui-même et d’entamer ses démarches pour solliciter de l’aide assez tôt afin d’être certain de ne pas se retrouver hors délai et ainsi rater une occasion.

La bourse Erasmus +
Sans doute une des aides les plus connues dans le projet d’expatriation, Erasmus+ accompagne chaque année de nombreux étudiants. En effet, tous les ans, Erasmus+ organise un appel à propositions ouverts aux étudiants qui souhaitent profiter d’une mobilité internationale. La candidature se fait sous la forme d’un dossier présenté par les étudiants qui peuvent alors défendre leurs demandes sous forme argumentée. Cette aide est destinée aux étudiants souhaitant suivre une formation supérieure à l’étranger et qui correspondent aux profils prisés par Erasmus+. Cette aide est l’occasion parfaite pour un étudiant de présenter son projet scolaire et professionnel et de démontrer sa motivation afin de convaincre le programme de miser sur son profil plutôt que sur un autre. La bourse Erasmus+ est cumulable avec une bourse classique universitaire et est versée mensuellement dans le cadre d’un séjour de 3 à 12 mois.

Les bourses universitaires
Il n’est pas rare que les établissements universitaires du pays d’origine comme du pays d’accueil proposent des bourses, souvent au mérite en fonction des notes du dossiers des étudiants ou du niveau social du candidat. Attention néanmoins, quand de tels programmes existent, les places partent vite. Il est important que chaque étudiant s’organise très en amont de son départ souhaité afin de pouvoir envisager différentes options et ne pas être pris en étau en cas de refus inattendu.

L’aide du CROUS
Il est possible de demander une aide supplémentaire à l’organisme du CROUS pour les étudiants qui sont déjà boursiers dans le cadre de leurs études.Si vous remplissez les critères du CROUS il vous est possible de recevoir une aide financière supplémentaire d’un montant allant jusqu’à 400 euros par mois sur une période de 4 à 9 mois.

Les aides régionales
La plupart des régions françaises offrent des bourses de mobilité pour leurs étudiants, elles varient en fonction des régions et des destinations choisies. Attention, là encore l’aide de la région ne vous sera pas garantie et sera conditionnée par des critères de disponibilité, de temps, de notes ou par la défense d’un projet.

A titre d’exemple on peut citer la région Auvergne-Rhône-Alpes et sa bourse de mobilité internationale Explo’ra Sup, la bourse de l’île de France pour la mobilité internationale des étudiants en BTS ou encore la Corse et sa Bourse projet professionnel destinée aux étudiants en médecine. La mobilité internationale n’est pas réservée aux étudiants d’université ou ayant entamé des études dites longues, soyez proactifs et récoltez les informations auprès de votre collectivité.

Financer ses études à l’étranger avec les prêts étudiants
Le prêt étudiant est un crédit à la consommation destiné à financer la vie des étudiants pendant leurs études ou leurs frais de scolarité en cas d’écoles payantes. En France, les étudiants dépensent en moyenne 1183 euros par mois ce qui oblige une grande partie à souscrire à un prêt afin de ne pas devoir jongler entre scolarité et travail.

Chaque banque a ses propres règles néanmoins, les prêts étudiants ne sont guère difficiles à obtenir sous conditions de répondre aux critères d’âge, de nationalité et de scolarité.Dans la mesure où beaucoup de banques proposent des formules à destination des étudiants, il est important de demander plusieurs devis et de comparer les différentes propositions avant de signer son contrat. Il sera conseillé de calculer scrupuleusement ses besoins pour s’engager de façon éclairée de manière à éviter une dette trop lourde à supporter.

Si la solution du prêt étudiant peut être tentante il est important de bien prendre connaissance des modalités de remboursement et de rester réaliste quant aux débouchés de ce prêt afin de ne pas se trouver dans une situation délicate. Il est nécessaire d’être au fait des conditions du contrat, du montant des intérêts, de ses dates. Enfin, rappelons qu’un prêt étudiant reste un prêt et certains contrats prévoient le règlement des intérêts avant le début du remboursement (par conséquent, pendant la période scolaire) ou encore l’existence d’un garant.

Financer ses études à l’étranger avec les jobs étudiants
Si les prêts et les bourses ne sont pas des options considérables ou insuffisantes, certains pays permettent à leurs étudiants étrangers de travailler sous conditions. Ainsi, cette solution sera souvent sujette à des démarches administratives et peut être strictement encadrée par les règles d’immigration des pays d’accueil. En Corée du Sud, par exemple, elle est sujette à une durée minimale de 6 mois d’études avant de pouvoir accepter un job étudiant ainsi qu’à l’autorisation par l’établissement scolaire, au Canada les étudiants internationaux ne peuvent prendre un travail à temps plein compte tenu de leur statut scolaire, dans les pays européens en revanche les règles sont plus souple pour les autres ressortissants européens.

La solution du travail étudiant peut présenter de nombreux avantages, comme faciliter une immigration future ou une meilleure intégration dans le pays d’accueil et l’apprentissage plus rapide d’une langue, néanmoins il ne faut pas perdre de vue l’objectif premier de la mobilité étudiante : la scolarité.

Financer ses études à l’étranger en étant jeunes filles et jeunes hommes au pair
Il est tout à fait possible de combiner un travail de fille/homme au pair et études, néanmoins la démarche demandera une organisation stricte. Il est nécessaire pour les candidats au programme d’énoncer clairement et dès le départ leur souhait de mener une scolarité pendant leur expérience d’au pair afin d’obtenir l’accord de la famille d’accueil. Toutes les formations ne seront pas compatibles avec un emploi du temps d’au pair et l’étudiant doit se renseigner avant la signature du contrat de travail des modalités de scolarisation possibles afin de choisir une filière et un établissement qui soit compatible avec sa responsabilité de garde des enfants pendant la semaine.

Le statut d’au pair n’interdit pas, par principe, une scolarité et il est tout à fait imaginable de combiner les expériences à condition de savoir jumeler ses obligations et d’en convenir avec les familles envisagées afin d’incorporer ses études dans le contrat entre les deux parties.

Attention néanmoins au budget, le travail d’au pair est souvent faiblement rémunéré puisque la personne est logée et nourrie en échange de son travail, dès lors il est possible que les indemnisations ne vous suffisent pas à mener à bien vos projets en fonction du coût de la vie dans le pays d’accueil.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Articles Similaires

Nous suivre

Récemment

Bourses d’études niveau licence offerte par la banque islamique de développement

Bourse d’études de l’école Hertie de Berlin en Allemagne

FLSH : Don de livres/Association MOOV’CHILD

Faculté des sciences: Le rêve de Ndèye Maty Diagne

École Nationale de Formation en Économie Familiale et Sociale

Bourses Universitaires Axel Adler en Suède

Bourses universitaires Beware Fellowship en Belgique

Recrutement : Avis de recrutement d’un(e) Assistant (e) administratif (ve).

Offres du jour

Bourses d’études niveau licence offerte par la banque islamique de développement

Bourse d’études de l’école Hertie de Berlin en Allemagne

FLSH : Don de livres/Association MOOV’CHILD

Faculté des sciences: Le rêve de Ndèye Maty Diagne

École Nationale de Formation en Économie Familiale et Sociale

Bourses Universitaires Axel Adler en Suède

Bourses universitaires Beware Fellowship en Belgique

Recrutement : Avis de recrutement d’un(e) Assistant (e) administratif (ve).